Métier

Devenir orthophoniste à 40 ans : Un parcours inspirant et accessible

Le avril 4, 2024 - 4 minutes de lecture

Décider de devenir orthophoniste après avoir déjà mené une carrière professionnelle différente est un choix courageux et épanouissant. De nombreuses personnes se questionnent sur la faisabilité d’un tel projet, notamment lorsqu’elles ont atteint l’âge de 40 ans. Cet article vous propose de passer en revue les étapes importantes et ressources pour entreprendre cette formation après 40 ans et répondre aux préoccupations liées à l’âge, au temps à investir et aux moyens financiers.

Changer de voie et oser le métier d’orthophoniste

Au-delà de l’idée reçue selon laquelle il serait trop tard pour embrasser une nouvelle carrière après 40 ans, sachez que nombreux sont ceux qui osent franchir ce pas. Les compétences développées tout au long de votre parcours professionnel jusqu’à présent peuvent être précieux atouts dans votre approche du métier d’orthophoniste. Il est donc essentiel de prendre conscience des raisons pour lesquelles vous souhaitez vous réorienter :

  • Un désir de travailler auprès d’enfants et d’adultes ayant des troubles du langage, de la parole ou de la communication
  • Recherche d’autonomie ou flexibilité horaire
  • Envie de fonctionner en cabinet libéral ou de collaborer avec différentes structures professionnelles.

Une fois déterminé(e), prenez le temps de bien évaluer votre situation financière et de réfléchir aux aides qui pourront vous accompagner dans ce nouveau projet. Le passage d’une situation salariée vers celle d’étudiant entraîne des ajustements.

Admission et formation : les possibilités

Pour intégrer une école proposant la formation en orthophonie, il faudra acquérir un certain niveau de connaissances scientifiques grâce à une année préparatoire ou à l’obtention préalable d’un Diplôme Universitaire (DU) ou autre titre similaire.

Lire aussi :  Que fait un growth hacker concrètement ?

Les concours d’accès aux formations

Certaines écoles requièrent un certificat de capacité d’orthophoniste (cco) délivré suite à un concours d’accès, lequel présente une forte exigence en termes d’épreuves écrites et orales. Il est donc important de se familiariser avec les différents sujets abordés lors de ces épreuves et de s’approprier une méthodologie efficace pour optimiser vos chances de réussite.

Se former à distance ou en présentiel

Selon votre disponibilité ainsi que votre situation géographique, plusieurs formats de formations sont possibles :

  1. Formation initiale à temps complet : durée de quatre années universitaires, accessible après l’obtention d’un baccalauréat et/ou un concours d’accès selon les écoles
  2. Formation continue : offre aux professionnels souhaitant se réorienter et ayant déjà acquis plus de 3 ans d’expérience dans un domaine connexe à celui de l’orthophonie une formation plus courte, se déroulant sur deux années universitaires
  3. Formation à distance : permet aux personnes ne pouvant pas mener des études intensives en présentiel (pour raison familiale ou professionnelle) de suivre un diplôme via des cours accessibles directement depuis leur domicile.

Les compétences à acquérir et les domaines de spécialisation

Devenir orthophoniste implique d’acquérir un socle solide de compétences pratiques, théoriques et relationnelles. Les domaines de travail sont variés et pourront vous donner l’opportunité de vous orienter vers une population particulière :

  • Troubles du langage chez l’enfant et l’adolescent
  • Neurologie adultes et troubles de la communication sociale
  • Gériatrie et troubles cognitifs légers à sévères.

Il est aussi possible de se spécialiser dans différents domaines tels que le bégaiement, les troubles dys (dyslexie, dysphasie…) ou encore la rééducation vocale.

Lire aussi :  Changement d'entreprise : faites un bilan de compétences

Préparer son avenir professionnel après la formation

Une fois diplomé(e), il sera temps de penser à votre installation, qui peut prendre différentes formes :

  • Création d’un cabinet libéral
  • Reprise d’un cabinet existant
  • Intégration au sein d’une structure hospitalière, éducative ou médico-sociale.

La gestion de votre activité en tant qu’orthophoniste sera différente selon le choix que vous ferez. Le statut libéral implique une prise en charge complète de votre activité (administratif, financier…) alors qu’en tant que salarié(e), ces aspects seront gérés par l’établissement qui vous emploie.

En résumé :

Le parcours pour devenir orthophoniste à 40 ans est certes exigeant mais il offre la possibilité de découvrir un métier passionnant et d’entamer une nouvelle phase professionnelle riche en enseignements et en rencontres. Les étapes présentées dans cet article vous permettront d’avoir une meilleure compréhension des démarches concrètes à entreprendre pour entamer cette reconversion, ainsi que les compétences à développer tout au long du cursus.