Entreprise

Entreprise : comment s’installer en Suisse ?

Le mars 14, 2023 - 3 minutes de lecture

La Suisse a mis en place une législation relative aux activités commerciales assez favorable à l’entrepreneuriat. En effet, nombreux sont les hommes d’affaires d’autres pays qui s’y rendent pour développer leurs business. Avez-vous une entreprise en France ou ailleurs en Europe et voudrez-vous vous installer sur le territoire helvétique ? Découvrez comment installer votre entreprise en Suisse.

Assurez-vous que votre entreprise remplit les conditions requises

De façon générale, les conditions d’installation d’une entreprise en Suisse sont relativement simples pour les étrangers. Avant de vous lancer dans la mise en place d’une entreprise, vous devez d’abord être sûr que vous êtes éligible à cette action. Vous pouvez créer une entreprise en Suisse si vous êtes ressortissant d’un pays d’Europe. Il vous faudra pour cela avoir le permis B ou C. Cela vous autorise à travailler pour une durée d’au moins un an. Le permis C, dit « permis d’établissement », lui, s’obtient après la détention du permis B pendant 5 ans au minimum.

Selon la forme juridique de votre entreprise, l’un des membres du conseil d’administration doit être domicilié en Suisse. Si vous remplissez les conditions requises, vous pouvez enregistrer officiellement votre structure deux à trois semaines après le début des démarches. Afin de vous faciliter la tâche, pensez à prendre rendez-vous avec une société fiduciaire, une structure d’accompagnement sur divers plans. Cette entité met au service de ses clients, des spécialistes en comptabilité, droit des affaires, assurance, administration…

créer une entreprise en Suisse

Choisissez la forme juridique de l’entreprise en Suisse

Dans l’optique de développer vos activités sur les terres helvétiques, vous aurez à donner une forme juridique à votre entreprise. Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • l’entreprise individuelle (EI),
  • la société à responsabilité limitée (SARL),
  • la société anonyme (SA),
  • la société en nom collectif (SNC)…
Lire aussi :  Artisan du BTP : comment préparer un bon devis ?

Si vous êtes un micro-entrepreneur en France et voulez évoluer avec un statut équivalent en Suisse, il vous faudra créer une entreprise individuelle. Vous n’avez pas besoin d’un capital minimal pour le faire de manière générale. Qu’il s’agisse d’une SARL ou d’une SA, il sera nécessaire de vous associer avec d’autres personnes. De plus, vous devrez inscrire l’entreprise au Registre du commerce, avec un capital minimal.

Quant à la société en nom collectif, elle vous conviendrait si vous ne voulez pas déposer de capital minimal. Vous aurez simplement à inscrire la structure au Registre du commerce. De toute façon, si vous sollicitez une société fiduciaire, elle devrait vous aider à choisir la bonne forme juridique selon votre projet.

Recourez à l’accompagnement personnalisé d’une société fiduciaire

L’idéal pour réussir l’installation d’une entreprise en Suisse en tant qu’étranger est de faire appel à des spécialistes en la matière. De ce point de vue, une société fiduciaire installée dans le pays vous sera utile à bien des égards. En plus du conseil pour le choix de la forme juridique de votre société, vous pouvez lui confier la recherche de locaux professionnels. En fait, cette entité est connue pour ses services en domiciliation d’entreprise.

Si vous avez besoin d’un administrateur résident en Suisse pour créer votre entreprise, une société fiduciaire vous le trouvera. Cette dernière peut aussi vous accompagner pour l’immatriculation à la TVA. Vous pouvez recourir à elle pour des services de secrétariat ou de comptabilité. Avec elle, si nécessaire, vous serez orienté vers les bonnes compagnies pour la souscription d’éventuelles assurances professionnelles requises en début d’activité.

Lire aussi :  Comment convertir un prospect en client ?