Formation

Comment financer son bilan de compétences ?

Le mai 25, 2024 - 5 minutes de lecture

Tout au long de notre carrière, il peut être nécessaire d’effectuer un bilan de compétences pour évaluer ses aptitudes et définir un projet professionnel cohérent. Cependant, ce processus a un coût. Heureusement, plusieurs options permettent aux salariés, demandeurs d’emploi et travailleurs indépendants de financer leur bilan de compétences. Explorons ensemble ces différentes possibilités.

Le compte personnel de formation (cpf)

Le compte personnel de formation (CPF) constitue une méthode couramment utilisée pour le financement d’un bilan de compétences. Voici comment cela fonctionne :

Qu’est-ce que le compte personnel de formation ?

Le CPF est un dispositif qui permet à toute personne active d’acquérir des droits à la formation mobilisables tout au long de sa vie professionnelle. Chaque année travaillée donne droit à un certain nombre d’heures ou à un solde crédité en euros sur le compte individuel du salarié.

Utiliser le CPF pour le bilan de compétences

Concrètement, voici les étapes pour utiliser votre CPF lors d’un bilan de compétences :

  1. Accéder à votre espace personnel sur moncompteformation.gouv.fr.
  2. Vérifier le solde disponible sur votre compte.
  3. Rechercher une offre de bilan de compétences éligible au CPF.
  4. Soumettre une demande de financement directement via la plateforme.

L’avantage majeur du CPF est qu’il prend en charge l’intégralité des frais du bilan de compétences si vous disposez de suffisamment de crédits.

La prise en charge par l’employeur

En tant que salarié, il est également envisageable de demander à votre employeur de prendre en charge le coût de votre bilan de compétences. Cela peut se faire via deux principaux dispositifs :

Lire aussi :  La reconversion professionnelle en tant que psychologue

Le plan de développement des compétences

Les entreprises peuvent inscrire le bilan de compétences dans leur plan de développement des compétences annuel. Pour profiter de cette option, vous devrez :

  • Exprimer votre souhait de réaliser un bilan de compétences à votre supérieur hiérarchique ou au service des ressources humaines.
  • Obtenir l’accord écrit de votre employeur.
  • Organiser avec votre employeur les modalités pratiques (choix du prestataire, dates, etc.).

Ce dispositif est avantageux car il permet souvent une prise en charge intégrale des frais et le maintien du salaire pendant la période du bilan.

Le comité social et économique (CSE)

Dans certaines grandes entreprises, le CSE peut proposer des solutions de financement pour la réalisation de bilans de compétences. Les démarches impliquent en général :

  • Présenter le projet au représentant du CSE.
  • Négocier les modalités du financement avec le CSE.

Cette option dépend cependant des politiques internes de chaque entreprise et de la disponibilité des fonds dédiés à la formation.

Le financement par Pôle emploi

Pour les demandeurs d’emploi, Pôle emploi offre diverses solutions pour financer un bilan de compétences. Ces aides sont accessibles sous certaines conditions :

L’Aide individuelle à la formation (AIF)

Pôle emploi peut accorder une AIF pour financer un bilan de compétences. Les critères d’éligibilité incluent :

  • Être inscrit comme demandeur d’emploi.
  • Avoir défini avec votre conseiller Pôle emploi l’intérêt du bilan de compétences dans votre projet de retour à l’emploi.

Une fois accordée, l’AIF couvre totalement ou partiellement le coût du bilan selon les spécificités de votre dossier.

Autres dispositifs spécifiques de Pôle emploi

D’autres aides spécifiques peuvent aussi être accessibles selon votre situation personnelle et professionnelle, telles que :

  • Le Contrat de sécurisation professionnelle (CSP).
  • Les formations conventionnées régionales.
Lire aussi :  L'accrochage certificateur : de quoi parle-t-on ?

Discutez de vos options avec votre conseiller pour bénéficier d’une solution adaptée.

Les dispositifs pour les travailleurs indépendants

Les travailleurs indépendants ont également accès à des mécanismes de financement pour entreprendre un bilan de compétences. En voici quelques-uns :

Les fonds d’assurance formation (FAF)

Les travailleurs non-salariés cotisent à des fonds d’assurance formation tels que le FAFCEA, le FIFPL ou encore l’AGEFICE selon leur activité. Pour bénéficier d’une prise en charge, suivez ces étapes :

  1. Identifier votre fonds d’assurance formation correspondant.
  2. Rassembler les documents justificatifs nécessaires (attestation de contribution, devis du bilan de compétences, etc.).
  3. Soumettre une demande de prise en charge auprès de votre FAF.

Les associations de gestion agréées (AGA)

Si vous êtes adhérent à une Association de Gestion Agréée (AGA), il est parfois possible d’obtenir une aide financière supplémentaire pour des actions de formation incluant le bilan de compétences. Renseignez-vous directement auprès de votre AGA pour connaître les modalités de cette aide.

Autres aides possibles

D’autres alternatives existent aussi pour financer un bilan de compétences, telles que :

Les conseils régionaux

Certains Conseils régionaux mettent en place des dispositifs de soutien à la formation professionnelle qui peuvent inclure le bilan de compétences. Ces aides varient d’une région à l’autre, il convient donc de consulter le site internet de votre Conseil régional ou de contacter directement leurs services pour obtenir plus d’informations.

Les organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA/ OPCO)

Les OPCO peuvent intervenir dans le cadre de financements de bilans de compétences pour les salariés. Passez par votre service RH ou directement dans votre OPCO pour monter votre dossier de demande de prise en charge.

Lire aussi :  Webdesign : quelle ville choisir pour suivre votre formation ?